Christiane Singer, sur l’amour déçu

Du bon usage des crisesSi nos amours souvent se terminent en abandon, en trahison, ne prononçons pas de faux serments : « Désormais je n’aimerai plus. »
Mais tout au contraire, jurons-nous de ne plus jamais aimer avec l’arrière pensée de garder et de posséder, de ne plus jamais aimer autrement que pour aimer.
Sommes-nous des mercenaires pour attendre en retour une solde ? Aimer est en soi la récompense.

— Christiane Singer, Du bon usage des crises, Éditions Albin Michel, 1996, p. 22

Publicités

N'hésitez pas à laisser un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s