Marie-Louise von Franz : fin de vie

Mort, régression et renaissance« Selon Jung, la tâche de la deuxième moitié de la vie est l’individuation, la recherche du sens de la vie, et sa finalité est la mort.
Afin de mieux comprendre, nous devons toutefois essayer de nous faire une idée de la mort autre que celle répandue par le matérialisme du XIXe siècle et partagée encore aujourd’hui par le plus grand nombre.
Selon cette dernière façon de voir, la vie prendrait une fin définitive avec la déchéance physique et la décrépitude du corps. Il ne nous resterait donc qu’à regarder fixement le trou noir dans lequel nous irons nous abîmer sans rémission.
Or, et c’est fort intéressant à noter, ce n’est pas du tout de cette façon que notre psyché inconsciente envisage les choses.
Jung a découvert auprès de ses patients vieillissants ce que je peux confirmer à partir de ma propre expérience : les rêves ne présentent pas la mort comme une fin définitive mais comme une transformation.

— Marie-Louise von Franz, Mort, régression et renaissance selon la psychologie jungienne

Publicités

N'hésitez pas à laisser un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s