Steve Cutts : l’homme et sa relation à la nature

Une animation flash réalisée par Steve Cutts sur la relation entre l’homme et son milieu naturel.
Musique : In the Hall of the Mountain King, Edvard Grieg.
« Hall of the Mountain King » Kevin MacLeod (incompetech.com)
Licensed under Creative Commons: By Attribution 3.0

facebook.com/SteveCuttsArt
twitter.com/#!/Steve_Cutts
www.stevecutts.com

Copyright © 2012

Publicités

2 réflexions sur “Steve Cutts : l’homme et sa relation à la nature

  1. Amezeg dit :

    Éloquente illustration de l’hybris ou démesure monstrueuse de « la personnalité numéro 1 » de l’être humain et de ses funestes conséquences… Ni harmonie, ni modestie face à la Mère Nature…
    C.G.Jung a évoqué la façon dont « sa personnalité numéro deux » trouvait à s’exprimer pleinement à Bollingen,  » in modest harmony with nature. » :

    « A Bollingen, je me trouve dans l’être qui est le plus authentiquement moi-même, dans celui qui me correspond. Ici je suis, pour ainsi dire, le fils archivieux de la « mère ». C’est ainsi que parle la sagesse de l’alchimie, car le « vieil homme », 1′ « archi¬vieux » dont j’avais déjà fait l’expérience quand j’étais enfant, c’est la personnalité numéro deux, qui a toujours vécu et qui toujours vivra. Il est en dehors du temps, fils de l’inconscient maternel. Dans mes fantaisies, « l’archivieux » prenait la figure de Philémon et à Bollingen celui-ci était vivant.
    Par moments, je suis comme répandu dans le paysage et dans les choses et je vis moi-même dans chaque arbre, dans le clapotis des vagues, dans les nuages, dans les animaux qui vont et viennent et dans les objets. Il n’y a rien dans la tour qui ne soit devenu et n’ait grandi au cours des décennies et à quoi je ne sois pas rattaché. Tout a son histoire qui est aussi mon histoire et ici il y a place pour le domaine des arrière-plans, situé hors de l’espace.
    J’ai renoncé à l’électricité et j’allume moi-même le foyer et le poêle. Le soir, j’allume les vieilles lampes. Il n’y a pas non plus d’eau courante ; il me faut aller à la pompe moi-même. Je casse le bois et fais la cuisine. Ces travaux simples rendent l’homme simple et il est bien difficile d’être simple.
    A Bollingen, je suis plongé dans le silence et l’on y vit in modest harmony with nature. Des idées émergent, qui remon¬tent au fond des siècles et qui par conséquent anticipent un lointain avenir. » – C.G.Jung,  » Ma vie « , Éditions Gallimard

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s