Anne Baring : la peur du féminin

The Dream of the CosmosDans la culture patriarcale, la peur irrationnelle de la femme reflète, du point de vue jungien, la crainte que l’ego, conscience toujours en évolution, ne soit englouti par l’unité primordiale indifférenciée, la gueule béante ou les entrailles de la nature.
La femme elle-même était inconsciemment identifiée avec tout ce qui dévore, et le péché d’Ève prouvait qu’elle n’était pas digne de confiance.
Pour les hommes qui n’ont pas confiance en leur virilité, qui n’ont jamais vécu une relation adulte, mature, encore moins une relation sexuelle avec une femme — et dont la perception intérieure de la femme reste sous-développée parce que la femme n’a jamais été reconnue pour elle-même, mais uniquement pour les services qu’elle peut rendre à l’homme —, une femme indépendante et éduquée et, à Dieu ne plaise, une femme ayant reçu l’ordination, représenterait une menace — inconsciente — de la castration et de la mort.

— Anne Baring, The Dream of the Cosmos: A Quest for the Soul (chap. 8 « Mysogyny)


Traduction : Michèle Le Clech
Les lecteurs anglophones trouveront sur le site internet d’Anne Baring d’autres textes fort intéressants ainsi que deux interviews par Andrew Harvey à propos de son dernier livre The Dream of the Cosmos: a Quest for the Soul.

La page d’Anne Baring en français

Traduction mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification

Publicités

Une réflexion sur “Anne Baring : la peur du féminin

N'hésitez pas à laisser un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s