Marion Woodman sur la chrysalide

La Vierge enceintePour pouvoir nous trouver nous-mêmes, il nous faut absolument une chrysalide. Et pourtant, notre société extravertie accorde peu de place à la contemplation introvertie. Nous sommes censés être des gens d’action, au service des autres, se dévouant pour de bonnes causes ; nous nous devons d’être généreux, énergiques, fidèles au devoir social.

Si nous choisissons d’être, ceux que nous aimons risquent, par réflexe, de s’imaginer que nous ne faisons rien. Il se peut même qu’au début nous partagions nous-mêmes cette impression. Nous commençons à regarder la boue primitive qui fait surface dans nos rêves. C’est le chaos.
Nous nous demandons à quoi ça sert d’aller fouiller au fond, pour ne soulever que de la vase. Un débat intérieur s’amorce en nous : « Je devrais être en train de faire quelque chose d’utile. Mais, en vérité, je ne peux rien faire d’utile s’il n’y a pas de moi pour le faire.
Je ne peux aimer personne d’autre s’il n’y a pas de moi pour aimer.

Si je ne me connais pas moi-même, je ne peux pas m’aimer ; et si je ne m’aime pas, l’amour que je porte aux autres n’est probablement qu’une projection de mon besoin d’être accepté.
Je joue un rôle afin d’être aimé.
Je crains le rejet. Si personne ne m’aime, je n’existerai plus. Mais qui aiment-ils au juste ? Qui suis-je ? »
Et voilà pourquoi nous entrons dans la chrysalide : pour subir une métamorphose qui nous permettra d’être un jour capable de nous lever et de dire « Je suis ».

— Marion Woodman, La Vierge enceinte – Un processus de transformation psychologique

 


Présentation de l’éditeur
La Vierge enceinte explore un processus fondamental de transformation comparable à la métamorphose de la chenille en chrysalide puis en papillon. Au moment de la mutation, la vie telle que nous l’avions connue est révolue. Nous sommes effectivement seuls. Peu importe ce que nous étions, nous ne savons pas encore qui nous allons devenir. C’est à ce moment-là, si nous savons penser avec le cœur, que nous trouverons notre vierge intérieure, unique en elle-même et totalement libre. C’est elle, notre vérité existentielle, qui nous ouvrira aux possibilités d’une nouvelle vie. Marion Woodman captive d’emblée l’attention du lecteur, avec style et humour. S’appuyant sur sa pratique d’analyste et sur l’étude des rêves, des images poétiques, des mythes et des rituels initiatiques, elle propose des moyens pour surmonter diverses formes d’assuétude: anorexie, boulimie, alcoolisme, toxicomanie, perfectionnisme, etc. Elle explique le cheminement de ceux et celles qui sont en quête de leur liberté et de leur identité personnelle.


Publicités

Une réflexion sur “Marion Woodman sur la chrysalide

  1. céline dit :

    Comme c’est juste! Comme c’est beau et délicat!
    Ce livre est-il entièrement accessible en FRANÇAIS (correctement traduit, of course!)?

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s