Sans mot dire

Quand l’eau dans la bouilloire est suspendue au-dessus du feu, les deux éléments sont en rapport l’un avec l’autre et il en résulte une création d’énergie (cf. la production de la vapeur). Toutefois la tension qui en résulte demande de la vigilance. Si l’eau déborde, le feu s’éteint et son énergie est perdue. Si la chaleur est trop grande, l’eau s’évapore et passe dans l’air. Les éléments qui sont ici en rapports réciproques sont en eux-mêmes ennemis l’un de l’autre. La plus grande prudence peut seule prévenir des dommages. (1)

Nicht raus, sonder durch !
C’est avec cette injonction de Jung qu’une de ses patientes se réveille un matin, elle qui, en rêve, tentait de s’extraire d’une marmite d’eau bouillante. En tant que psychiatre, initiateur de la psychologie des profondeurs, Jung savait en effet d’expérience que les épreuves n’ont pas à être surmontées, mais traversées. Autrement dit, il ne s’agit pas d’essayer de s’en sortir, mais de passer au travers.
Mais comment faire ?
Dans la plupart des situations, une image vaut mille mots, et c’est là que les rêves entrent en scène.
L’image du chaudron d’eau bouillante par exemple pourrait assez bien illustrer ces moments où nous sommes partagées entre la colère et les larmes, oscillant même parfois entre rage et  dépression.
Et en effet, dans certaines circonstances particulièrement difficiles, il arrive que la colère enfle et que des larmes de rage et d’impuissance emplissent tout l’espace, tant (et si bien !), que le feu et l’eau des émotions se mêlant, l’on en vient littéralement à bouillir —cet état d’ébullition intérieur est même parfois tel que le corps tout entier peut se mettre à trembler.

Les rêves montrent souvent un animus déchaîné qui peut apparaître par exemple sous les traits d’un homme des cavernes, d’un géant, d’un taureau furieux, d’un groupe de malfrats… Contaminé par l’émotion — et tout entier dans la réaction —, empêtré dans ses interprétations et ses contradictions, l’animus semble n’avoir dans ces moments-là d’autre stratégie que celle de la terre brûlée. Toute son attitude semble dire : « Peu m’importe les conséquences », aussi une peur irrationnelle jaillit-elle en nous devant les dégâts qui risquent inévitablement de se produire. Souvent amplifiée par une intuition galopante, cette peur vient paralyser toute action, corsant le bouillon.

Baigner dans pareil jus n’est pas du tout la tasse de thé de l’animus, aussi lui faut-il un ennemi. Qu’on l’empêche d’agir, il usera du verbe. Il trouve une oreille [un peu trop] compatissante et déverse une litanie de critiques, d’accusations, ou d’insultes, tantôt dirigées à l’encontre d’autrui, tantôt contre son propre camp… laissant au passage, en véritable vampire énergétique, son interlocuteur exsangue.
L’un des problèmes majeurs de l’animus en pareil cas, c’est qu’il est sourd… ce qui le rend naturellement imperméable à tout véritable échange au moment où, justement, il s’agirait d’en avoir un.
Il se sent d’ailleurs incompris.
Personne n’est capable de prendre toute la mesure de ce qui se passe.
Las, il dirige son arme vers l’intérieur et s’en prend au conscient qui s’effondre peu à peu sous les attaques. La spirale infernale commence : souffrance et larmes font redoubler l’animus de fureur. A défaut d’enflammer la situation au dehors, c’est l’enfer au dedans. C’est un peu comme si, réveillé par l’impuissance, le vent de l’esprit prenait plaisir à souffler sur ce qui est déjà un beau brasier, au cœur duquel de nouvelles armes se forgent, qu’il se plaît aussitôt à affûter : les paroles, doublées d’une langue bien acérée, peuvent être aussi tranchantes que des épées.

Si, en de pareils moments, nous sommes malgré tout capables d’osciller entre les contraires, sans jamais prendre parti, si nous laissons s’écouler la lave tout en acceptant d’être ballotées par les vagues de désespoir, si nous nous offrons l’espace nécessaire, un sursaut se produit bientôt et l’autre face du masculin apparaît. Quand bien même le chaos règne, le côté rationnel, la capacité à faire le tri et à envisager la situation de façon claire, précise, ordonnée, sont ses attributs. Observer, évaluer, ne plus réagir mais tenter d’agir en accord avec l’ensemble des valeurs — masculines et féminines —, c’est là son talent.
Tout au fond de l’enfer, un changement d’attitude survient. Entre l’eau, le feu et le vent, ça manquait singulièrement de terre. Qu’il soit intérieur ou pas, il n’est en effet pas de véritable échange sans quelque chose de concret à se mettre sous la dent. Broyer du noir ne nourrit pas vraiment, les jugements gratinés non plus. Revenir à la racine des choses ou méditer sur un rêve par contre…
Loin d’être nébuleux, le rêve a souvent les qualités de la Terre elle-même, comme la capacité de contenir le feu tout en abritant mers et océans. Grâce aux images, nous avons aussi accès à l’origine des choses et à nos véritables sentiments. Une autre face de la réalité se révèle alors, non celle que nous voulions voir au dehors, non celle que nos croyances sur nous-même ou sur les autres nous laissaient à penser, mais bien plutôt la vraie vérité comme le disait ma fille cadette lorsqu’elle avait 5 ans.
Ce qui est vrai, consistant, tangible, palpable… terre à terre.
Car derrière la fureur — et même si elles viennent réveiller d’anciennes blessures —, se cachent souvent de toutes petites choses, banales ou même insignifiantes pourrait-on croire, mais si précieuses à qui sait vraiment prêter oreille : un sentiment qu’on a laissé de côté, une valeur à laquelle on tient mais qu’on n’a pas respectée, une sensation qu’on a négligée…
… Ou un quelque chose qui tient parfois en une simple phrase dont on admet pourtant difficilement la teneur, comme par exemple : « Je n’en peux plus. »
Et non seulement je n’en peux plus, mais je ne peux pas souscrire à l’idée de me battre au risque d’empirer les choses  — même contre ce qui m’apparaît comme de l’exigence, de l’injustice, de la mauvaise foi, etc. La violence, on le sait, engendre la violence…
Je ne peux pas non plus changer les autres.
Mais je peux agir pour ce qui m’est cher.
Je peux préserver l’harmonie si chère à mon cœur tout en tenant compte de mes limites.
Je peux rendre compte plutôt que rendre gorge.
Je peux m’exprimer sans maudire, et je peux, comme la Terre, laisser à voir : les faits, n’est-ce pas, parlent souvent d’eux-mêmes…

— © Michèle Le Clech


(1) Yiking, Le livre des transformations, hexagramme 63, « Après l’accomplissement ».

Publicités

N'hésitez pas à laisser un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s