Les nouveaux machos

TrueLove

Pensez à toutes les horreurs et toutes les cruautés diaboliques que les hommes depuis la nuit des temps ont infligées à leurs frères. Cela doit venir à vous, dans votre cœur. (1)
— CG Jung

Parce qu’il s’est vu dénaturé au fil des siècles, l’archétype du guerrier se vit dans nos sociétés via le culte du héros. En conséquence, et selon l’expression de Boysen Hodgson (2), l’antique guerrier spirituel ressemble davantage aujourd’hui à un soldat de fortune.
Et les combats et les guerres, qui naissent de l’interprétation erronée de cet archétype, laissent dans l’âme des hommes des blessures telles que beaucoup d’entre eux sont de véritables écorchés vifs. Sensés être des héros, ils n’auraient d’autre choix qu’une immense solitude intérieure, assortie d’un seul credo : « Sois fort ».

Les hommes, poursuit Boysen Hodgson, pataugent dans le bain d’une masculinité particulière, inconscients de l’extrême toxicité de ce bain, néfaste non seulement pour eux, mais également pour tous ceux (et ce) qui les entourent.
« Aidés » par une éducation qui encourage la dualité — et donc la séparation d’avec l’autre, l’égoïsme, la performance, la domination et l’exploitation —  beaucoup sont isolés, démunis, et leurs plaies restent à vif, faute d’espaces propices au partage et à la guérison. Laisser les autres s’approcher signifierait s’infliger des souffrances supplémentaires, aussi pénibles qu’inutiles. De ce fait, colère, rage et violence, mauvaise humeur ou mutisme, addiction (au travail, au sport, ou à diverses substances), sont parfois les seuls outils dont dispose l’homme d’aujourd’hui pour maintenir les autres à distance, pour les protéger certes parfois, mais malheureusement parfois aussi pour se décharger lui-même d’un trop lourd fardeau… ou entourer la partie blessée d’un mur infranchissable.

En pleine crise identitaire, les hommes seraient selon Robert Bly des semi-adultes. Et si les stratégies qu’ils adoptent ont à leurs yeux vocation à les protéger, elles les conduisent bien plutôt à léguer à leurs descendants, et de façon répétée, une semblable immaturité— tout particulièrement sur le plan émotionnel, avec toutes les blessures, les souffrances et l’insoutenable isolement qu’elle engendre, en soi et autour de soi.
Un lourd passé familial fera souvent de leurs fils et de leurs filles les héritiers et les victimes de traumatismes qui se répètent de génération en génération, et un tel passé leur laissera, outre des questions sans réponse, une souffrance intérieure aiguë qu’ils ne peuvent ni s’expliquer ni apaiser.
C’est la raison pour laquelle, dans les années 80 aux Etats-Unis, Robert Bly a lancé le Men’s Movement, initiant des groupes (réservés aux hommes) qui leur offraient la possibilité de partager leurs difficultés et de se soutenir mutuellementGrâce à d’autres initiatives, comme le ManKind Project, une partie de la nouvelle génération d’hommes est aujourd’hui bien différente. Si vous avez la chance de croiser le chemin de l’un de ces new machos (3)férocement, délicieusement optimistes, bienveillants et ouverts, vous goûtez à l’une de ces conversations adultes et responsables d’un homme qui ne craint ni de faire face à l’ombre du masculin ni de revendiquer — et surtout d’incarner — d’authentiques valeurs qui vont bien au-delà des genres.

Ces new machos réhabilitent l’archétype du guerrier, mais aussi de l’amant, du roi, et de celui qu’on qualifiait auparavant de « sorcier ». Ce qui était d’ordinaire caché, réprimé ou nié — et donc vu à l’extérieur comme un ennemi  —, ne fait plus l’objet d’une autre guerre à livrer ni de la croyance que tout est sous contrôle : les seuls démons de ce monde sont désormais ceux qui grouillent dans leur propre cœur et c’est là que se livrent tous leurs combats (4).
Une constatation aimante émerge face à l’autre : « Je suis aussi cela. »
Le devin voit le futur, comme l’homme sage les germes (les conséquences de certains actes) et offre ainsi une plus large perspective. Il permet d’éviter le piège de la peur devant l’énorme tâche à accomplir ou la crainte de retomber entre les griffes de ce à quoi on tente précisément d’échapper : « Moi d’abord ; les autres je m’en fiche. » Le devin sait aussi  la croisée des chemins, située entre un passé dont on ne veut plus et un futur qui s’écrit lentement, pas après pas, un lieu de transition et d’extrême inconfort qui, de tout temps, a été synonyme de danger.
Le guerrier  pacifique est toutefois capable de supporter la tension des contraires.
Il sait aussi poser de claires limites et n’hésite pas à trancher, à choisir, à refuser ; dit autrement, il sait « mettre un terme », tout en respectant la vie. Ce guerrier veille aussi sur le chaudron alchimique là où s’exprime le côté non rationnel de l’homme, le lieu de toutes les blessures, de tous les chagrins, de tous les traumas… et de tous les désirs. Et il ne craint pas de solliciter ses frères quand cela devient vraiment « chaud » et qu’il a besoin de soutien. Ce chaudron, cet athanor, ce calice, est plus que jamais requis aujourd’hui et nous sommes tous — hommes comme femmes — invités à en chercher un… et peut-être même un jour à en former un. Grâce à un tel conteneur, l’homme peut enfin décroiser les bras qui faisaient jusqu’alors barrage à l’expression et aux mouvements de son cœur. Il passe d’une image du mâle, aussi inatteignable que souhaitable, à celle d’un tout autre genre : celle de l’amant qui honore et sert désormais la communauté sans s’oublier lui-même. Il a cette extraordinaire capacité à mettre du « et » là où la seule option était jusqu’alors le « ou ».
Quel homme es-tu véritablement se demande-t-il ? Que dois-tu traverser pour le découvrir ? Es-tu prêt à t’ouvrir à la diversité et à t’exposer au challenge que cela représente jusqu’à ce que tu sois rendu capable de voir que nous sommes et semblables et différents ? Es-tu prêt à revisiter ton histoire — et même l’Histoire et ses institutions, voir ce que les hommes ont réellement bâti et reconnaître toute l’horreur de certaines actions ?
Toutes ces choses peuvent-elles tenir dans ton viseur sans que tu fasses des autres une cible — et sans devenir toi-même cette cible au risque de basculer dans la honte ou te sentir diminué ? Es-tu prêt à écouter, à partager et à apprendre de ceux qui ne sont pas comme toi ?
Pour Boysen Hodgson, ce sont là des questions qu’il est important de se poser (5).

Peu à peu, l’Amour est ce qui règnera dans la psyché, véritable monarque et maître des métamorphoses. Il fait du roi un amant qui veille sur le trésor et chérit ce qui est avenir — un roi qui est également et avant tout un serviteur. Il unit en lui les contraires et le Féminin, qu’il porte aussi en lui, il le sert, quel que soit le visage qu’il lui offre : Dame l’âme, femme ou Nature, c’est égal. Le calice et l’épée deviennent les attributs qui lui permettent de veiller sur le royaume, intérieur comme extérieur, guidé par ce qui fait sens dans sa vie.
Où en sommes-nous aujourd’hui dans ce changement de paradigme ? Peut-être entre les moqueries et les attaques, dit Boysen Hodgson, s’inspirant d’un des discours du syndicaliste américain Nicholas Klein  :

D’abord ils vous ignorent. Ensuite, ils vous ridiculisent. Puis, ils s’en prennent à vous et vous incendient.
Plus tard, ils érigent un monument à votre nom.
(6)

Les femmes reconnaîtront dans ce nouveau macho, l’émergence du masculin authentique qui se prépare également au sein de leur psyché à travers les prises de conscience successives des agissements de l’animus.

© Michèle Le Clech


(1) CG Jung, Le Livre Rouge, Liber primus : « Descente aux enfers vers l’avenir »
(2) Boysen Hodgson,
(3) En référence à l’article de Boysen Hodgson, The New Macho, publié sur le site ManKind Project.
(4) Inspiré des paroles de Ghandi.
(5) Boysen Hodgson: « Conscient Masculinity », une interview de Dustin Urban.
(6) Ma traduction

Marion Woodman : homme intérieur • femme intérieure

woodmanMarionJe vous propose aujourd’hui la traduction d’une interview de Marion Woodman qui répond aux questions de Bert H. Hoff, questions qui concernent plus particulièrement les hommes. Bert H. Hoff offre sur son site (en anglais) un large éventail d’interviews en lien avec les problématiques masculines, et participe ainsi au vaste mouvement inspiré par Robert Bly après la sortie de son livre en 1992, L’Homme sauvage et l’enfant.
Marion Woodman, analyste jungienne de renom, a longtemps animé des ateliers pour hommes et femmes avec Robert Bly. Elle est l’auteur de Obsédée de la perfection, La Vierge enceinte. Un processus de transformation psychologique, et The Ravaged Bridegroom: Masculinity in Women, des livres très édifiants pour les femmes. Bert l’a contactée à Toronto pour parler du travail intérieur des hommes et des femmes et sur les moyens de les rapprocher.

__________________

Bert : Pourquoi le travail intérieur des hommes est-il important ?

Marion : Nous avons atteint un stade dans l’évolution de la conscience. Les femmes ont besoin de faire ce travail seules, et les hommes ont besoin de le faire de leur côté pour parvenir à une nouvelle compréhension — celle de leur propre féminité pour les femmes et celle de leur propre masculinité pour les hommes . Cela permet aux deux sexes se retrouvent à un autre niveau.
C’est pour que nous puissions finalement nous parler et nous comprendre à un autre niveau que nous faisons ce travail séparément. Naturellement, en travaillant sur leurs rêves, les femmes deviennent plus conscientes de leur propre féminité et une toute nouvelle masculinité se développe en elle. C’est également vrai pour les hommes : quand ils travaillent sur ​​leur masculinité, ils découvrent peu à peu une nouvelle féminité. Le dialogue est très différent de ce qu’il était il y a cinq ans encore.

Bert : Le dialogue intérieur ?  (suite : cliquez sur les numéros ci-après)