Steven B. Parker : les émotions d’un cœur blessé

emotionsNous entrons en contact les uns avec les autres à travers nos blessures
— Rachel Naomi Remen

J’ai connu un flot d’émotions diverses après avoir survécu à cette crise cardiaque :
• le soulagement d’être en vie
• l’incrédulité et la colère que cela se soit produit
• le chagrin pour tout ce qui était et sera perdu
• la gratitude envers ceux qui m’ont aidé
• une extrême vulnérabilité dans un monde auparavant sûr
• la peur de ce que l’avenir pourrait réserver

J’avais pris ma vitalité pour acquise et supposais que j’avais devant moi de longues années d’une vie en bonne santé. Aujourd’hui, je n’ai rien de solide sur quoi m’appuyer. Je suis profondément affaibli. Je ne sais jamais si je vais me réveiller le lendemain. Je doute d’être un jour en mesure de retrouver une quelconque vie normale.
C’est comme si j’avais traversé le Styx, la rivière des Enfers, et que j’avais été autorisé à retourner temporairement dans le monde des Mortels, pour une durée indéterminée.

Ce voyage a certes été l’enfer mais il m’a en même temps apporté quelque chose d’important et de grande valeur : j’éprouve à présent une compassion accrue pour ceux qui sont blessés, de la compassion pour tous ceux qui doivent traverser le Styx.

La crise cardiaque a brisé mon cœur, elle l’a aussi ouvert.

— 4 mars 2007


Un autre extrait peut-être lu ici : Steven B. Parker, « Les rêves et la santé« 
Présentation du livre : Dr. Steven B. Parker, Ame et crise cardiaque

Dr Stephen B. Parker : cercle de pierre

enso-stoneAu cœur d’un cercle de pierres…
Voici, très brièvement, l’histoire d’une femme, victime du trouble de la personnalité multiple, et de l’aide inestimable que peut procurer un site très particulier.

— Dr Stephen B. Parker, psychologue, stonecurrents

Sur une impulsion, j’ai accompagné pour la première fois l’une de mes patientes au sanctuaire de pierres. C’était une journée d’automne, plutôt chaude pour Fairbanks.
Cette patiente, qui travaillait avec moi depuis quelques années, est l’une des rares personnes que j’ai accompagnées présentant un trouble de la personnalité multiple.
Elle s’est assise au centre du Sunken Enso(**) et, de façon spontanée, a laissé surgir ses différentes personnalités. Elle frottait son œil gauche et changeait de posture, signalant par là l’émergence d’une personnalité différente ; chaque personnalité regardait attentivement et avec étonnement le paysage de pierre qui l’entourait.
À ma grande surprise, elle a soudainement tracé un cercle dans le sable avec une croix en son centre. La voix d’un jeune garçon murmura : « Personne ne sait que je suis ici… Je me cachais dans les bois. »
Après avoir surmonté ma surprise, des plus totales, j’ai suggéré que, peut-être, les autres aimeraient bien connaître sa présence. Il a dit : « Quel nom vais-je me donner ? » Il a regardé autour de lui et a dit : « Rocky… Non, ça pourrait leur faire peur… Sky, je crois que je vais m’appeler Sky(*). »
J’ai dit :  « Bonjour, Sky… » J’ai levé les yeux et me suis entendu dire : « Vous savez, le ciel relie toutes les choses entre elles… »
Au rendez-vous suivant, elle a apporté la partie supérieure d’une flèche qu’elle gardait depuis l’enfance, et dit : « Nous aimerions tous vous remercier… Nous étions comme une flèche brisée… et vous nous avez montré le chemin. Nous voudrions enterrer cela au sanctuaire pour que nous puissions, toujours, trouver le chemin du retour. »
Avant d’aller au sanctuaire, j’ai attrapé un morceau de flèche orné de plumes que j’avais ramassé dans les bois plusieurs mois auparavant en me disant que cela pourrait être utile à un moment donné.
Lors d’une cérémonie, nous avons rassemblés les deux morceaux de flèche et les avons enterrés, en direction du sanctuaire.

Après cette session, ma cliente me dit : « Pour la première fois de ma vie je me sens entière… Je n’ai pas peur de quitter la ville… Je sais qu’il y aura toujours une place pour nous et qu’il m’est possible de me retrouver, toujours. »
Pour ceux qui connaissent les travaux de C.G. Jung, l’image qu’elle a dessinée, celle d’un cercle contenant une croix, est un mandala qui représente la quaternité, un symbole du Soi.
Cette femme ne connaissait pas l’œuvre de Jung et ignorait tout de ces choses-là sur le plan conscient.
Ce fut pour moi une expérience très intense que de voir ce processus se dérouler en elle, et de voir à quel point un cercle de pierres, un sanctuaire de pierres, peut faire la différence et devenir un lieu de guérison.

______________

(*) Le mot anglais “Sky” signifie “ciel”.
(**) L’ Enso est un thème fréquent dans la calligraphie japonaise, notamment chez les pratiquants Zen, et qui est généralement traduit par « cercle » — « cercle infini » ou « cercle de lumière » (et c’est alors un symbole d’illumination, ou de l’univers).


— Traduction : Michèle Le Clech, by courtesy of Dr Spheven B. Parker
Article original paru dans jungcurrents: The Psyche and Healing in a Stone Circle


Les traductions sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution